La fuite des cerveaux et la communication interculturelle

Publié le par El yaagoubi ahmed

Un outil interculturel

Avant tous ,les cadres qui affluent vers l'étranger sont de véritables émissaires de leur pays d'origine.Ils doivent étabilr des passerelles entre les deux cultures en situation.

Un tel état d'esprit,quand il se manifeste,profite au pays d'accueil et au pays d'émergence.

La fuite des cerveaux ,un levier de développement pour le pays d'accueil

Inutile de montrer comment ces ceveaux constituent une valeur ajoutée pour le pays où ils s'installent.C'est un investissement qui doit générer de grands bénéfices à léconomie du pays hote.Ce qu'il faut c'est un signe de reconnaissance à destination du pays "fournisseur".

Pour une culture de partenariat

Dans le cadre d'une déontologie et d'une ethique internationales,les pays d'accueil doivent afficher un certain type de comportements de reconnaissance aussi bien pour ces cadres que pour les pays formateurs.

Ce que j'entends par là c'est une culture de partenariats qui soient profitables aux pays "donnateurs",à entreprendre pour convertir cette fuite en un véritable levier de développement pour les deux protagonistes.

C'est à cette échelle que doit se mobiliser un vecteur interculturel au service d'une dynamique économique durable qui puisse générer un bien être pour les peuples du Sud.

La fuite des cerveaux,facteur d'entente entre pays du nord e pays du sud.

Le sujet est assez complexe  pour pouvoir le dévélopper en si peu de temps et de pages.Je ne ferai que collaborer pour déclencher un débat entre les instances concernées par un tel phénomène.

Pour un transfert de modèles de développement vers les pays d'origine

Les pays d'accueil,par des réseaux de communication et de management,doivent chercher à mettre en place un système de travelling visant à créer,avec l'aide des pays donnateurs,des rouages économiques au service des pays d'émergence,en fonction des spcialités des cadres migrantshébergés.

La création d'association de cerveaux migrants

Ces cerveaux doivent être reconnaissants envers leur pays et créer des associations pour chercher à dvenir utiles à leur patrie.Les dispositifs à mettre en place ne manquent pas.Ce qu'il faudrait c'est une détermination pour dynamiser cet esprit de gratitude envers son pays d'origine.

 

 

Commenter cet article