Pour une dimension interculturelle opératoire

Publié le par El yaagoubi ahmed

L'interculturel,tel qu'il est communément perçu,se cantonne souvent dans le descriptif et l'analytique.

En effet,ce que nous lisons,en matière de revues,d'ouvrages,ou d'articles,ne dépasse pas le seuil du constatif et d'un prêt -à- porter culturel,aussi bien pour des manifestations culturelles,telles que le théatre,le cinéma, la musique, la poésie,ou festivals régionaux ou internationaux,pour exposition artistique,par exemple.

Certes des débats s'ensuivent pour débattre d'une problématiquespécifiquement culturelle,sans jamais dépasser ce cadre"spectaculaire","cartepostal".

Vous me diriez qu'il existe des revues qui développent différents aspects de la chose interculturelle.

Des questions s'imposent.L'interculturel profite-t-il à toutes les bourses?Ne s'adresse-t-il pas qu'à une élite?N'est-il pas ésotérique?

De telles questions n'ont pas pour objectif d'occulter les efforts fournis un peu partout dans le monde.L'enjeu est capital,car il faudrait passer d'une formule passive,à une formule centrée sur des besoins prioritaires,en relation avec les cultures des peuples,mais ancrée sur le vécu quotidien pour améliorer leurs conditions de vie,au travers des actions interculturelles,saisonnières ou ponctuelles.

En conséquence l'évolution que connait le monde doit s'accompagner d'une remise en question de certaine évidences qui paraissent dépassées,au niveau des mentalités,des comportements et  des savoir-devenir.

Publié dans interculturel

Commenter cet article